Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°32 | Le soldat augmenté ?

Frédéric Jordan
L’Armée française au Tchad et au Niger
À Madama, sur les traces de Leclerc
Paris, Nuvis, 2015
Frédéric Jordan, L’Armée française au Tchad et au Niger, Nuvis

En phrases sobres et avec une très riche culture historique, Frédéric Jordan raconte sa mission vers le nord du Niger au premier semestre 2014. Pour réaliser dans les meilleures conditions possibles ce raid de près de mille cinq cents kilomètres en zone (très) désertique, il doit planifier soigneusement sa mission, en accord avec les chefs des contingents tchadien et nigérien qui lui sont subordonnés. Dès le début, il fait référence à ses lectures ; au fil des pages, son « raisonnement s’accompagne de références historiques et d’une analyse de situations comparables puisées dans le passé mais aussi aux enseignements contemporains pertinents ». La colonne prend la route le 14 avril au petit matin et le récit fait la part belle aux contraintes opérationnelles (respect des délais et gestion du temps, ensablement des véhicules, bivouac en ambiance d’insécurité, réparations de fortune, manœuvre logistique...). Après Zouar, occasion de quelques belles lignes sur la colonne Leclerc mais aussi sur les Toubous, et une rencontre avec leur chef politique et spirituel, c’est la poursuite de la route pour l’ultime partie du trajet, puis l’arrivée assez émouvante au petit matin sur le vieux fort colonial : « Son architecture est typique, une cour intérieure, des murs épais pour se préserver de la chaleur, des tours de guet, des meurtrières arrondies à la mode orientale et des espaces pour chacun. Il y a un air de Fort Saganne. » Entre quelques rappels de témoignages d’officiers coloniaux ayant été en poste à Madama, Jordan raconte ses premières décisions, ses raids pour contrôler la zone, et la fin de la mission, avec la cérémonie entre les trois nations, en présence du préfet et du chef des Toubous, et le retour vers N’Djaména. Pas de grands combats, pas de chasse aux bandes armées ; une mission presque « ordinaire », mais rude, exceptionnelle et intensément vécue. Frédéric Jordan termine sur quelques solides et réalistes considérations sur différents sujets (la communication, la condition militaire…), mais surtout sur l’importance de l’histoire et des traditions, « une véritable source d’inspiration ». Un livre utile, pour les opérationnels comme pour tous ceux qui s’intéressent à ces questions, qui complète très utilement notre connaissance des opérations dans le Sahel et illustre ce lien essentiel entre culture historique et rôle du soldat.

PTE

Des hommes irréguliers | Étienne de Montety
François Cochet et J... | 1914