Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°34 | Étrange étranger

Colonel Philippe Sidos
La Guerre soviétique en Afghanistan
Paris, Economica, 2016
Colonel Philippe Sidos, La Guerre soviétique en Afghanistan, Economica

Nouvelle étude d’ensemble sur l’engagement soviétique en Afghanistan entre 1979 et 1989 par un excellent spécialiste du monde russe et de l’Asie centrale. L’intérêt particulier de ce volume est d’utiliser en abondance les écrits russes et donc de donner de ces dix ans d’opérations une autre image que celle généralement diffusée dans les pays de l’otan. L’auteur explique d’abord en quoi le pays est historiquement important pour la Russie, puis décrit l’analyse des risques qui est faite par Moscou. Il s’attarde ensuite sur les principales phases du conflit, sans taire les échecs ou les impasses, puis s’intéresse plus particulièrement aux procédés de contre-insurrection avec un (trop) bref chapitre sur l’arme blindée et des développements plus longs sur l’arme aérienne et « la guerre des convois logistiques ». Dans une dernière grande partie, il détaille l’emploi des troupes aéroportées, des hélicoptères de combat, des Spetsnaz, et s’attarde dans un ultime chapitre sur l’emploi des missiles Stinger livrés aux moudjahidines par les Américains, et les intéressantes contre-mesures soviétiques pour tenter de répondre à cette menace. Soulignant les responsabilités du Pakistan voisin dans tous ces événements, il observe qu’« en 1992, la chute du régime de Kaboul mis en place par Moscou en décembre 1979 fut attribuable non pas à un échec militaire ni à la supériorité des forces de la résistance, mais plutôt à l’incapacité d’instaurer une gouvernance afghane et une situation économique viables ». Et cet ultime constat n’est pas sans rappeler certains apprentis sorciers antérieurs : « La guerre hybride ne serait-elle pas née en Afghanistan quand la cia sut habilement calculer avec son partenaire pakistanais le niveau de son engagement en faveur des moudjahidines. [...] Les adversaires de Moscou surent conduire une vaste manœuvre stratégique multiforme sur toute la gamme émotionnelle et médiatique, tout en entretenant la guerre à son juste niveau. » À lire avec grand intérêt.

PTE

Marie-Danielle Demél... | Parachutistes en Indochine