Numéro 33

Lire l’éditorial du numéro 33

DOSSIER

L’Europe contre la guerreentretien avec Edgar Morin
Comment penser l’Europe ? Comment la définir ? Edgar Morin alerte ici sur une Europe recroquevillée sur elle-même et qui a failli à sa mission : être un espace de paix ouvert au monde. Il existe pourtant une voie, un chemin étroit, mais qui ne s’emprunte qu’en acceptant d’affronter la difficulté.
Le bonheur est dans la paix ou l’histoire d’une impuissanceFrançois Scheer
Née de la guerre, l’Europe se trouve après 1945 contrainte à la paix et à l’unité. La France seule tentera de défendre le concept d’une défense européenne autonome, pour finir par rentrer dans le rang au moment même où la guerre est à nouveau aux portes de l’Union et qu’une prolifération terroriste sur son sol la met au défi de donner enfin sens à une politique commune de sécurité et de défense.
Jean Monnet, « l’inspirateur »Boris Hazoumé
Nourri du témoignage de Pascal Fontaine, ancien assistant de Jean Monnet, cet article éclaire la personnalité très atypique de celui que le général de Gaulle surnomma « l’inspirateur », ainsi que les interactions entre son expérience « militaire » et son engagement européen.
Paix ou sécurité ?André Brigot
Depuis Isocrate et son Panégyrique, nombre de penseurs ont plaidé pour « la recherche d’une union pour la paix et par la paix », qui s’est concrétisée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, le passage d’une Europe pour la paix à une Europe pour la sécurité humaine et globale est-il susceptible de renouveler et de réenchanter le projet d’Union ?
Le concert européenJacques-Alain de Sédouy
Après les guerres de la Révolution et de l’Empire, les dirigeants européens eurent recours à une méthode diplomatique qui allait avoir de plus en plus de succès : la diplomatie de conférence. Un « concert des nations » qui maintint une paix relative sur le continent avec succès, mais ne put cependant empêcher l’explosion de 1914.
Autopsie de l’Europe de la défenseentretien avec Christian Malis
En mai 2015, dans la Revue des deux mondes, Christian Malis constatait la vacuité de l’Europe de la défense d’un point de vue stratégique comme opérationnel et préconisait le retour d’États individuellement forts choisissant librement de mettre en commun leur force au service d’un projet partagé. Inflexions l’a rencontré afin qu’il puisse développer son point de vue.
La ligne du sangDaniel Hermant et François Lagrange
Dans sa manifestation concrète de pouvoir de tuer, la violence physique a été progressivement proscrite en Europe, après 1945, alors qu’elle avait été jusqu’ici admise, au point qu’aujourd’hui tout État ou organisation franchissant la ligne du sang se trouve délégitimé. Et hors de l’espace européen ?
Retour ou déclin de la guerre ?Pierre Manent
L’Europe s’est construite par la guerre, mais alors que s’éloignait la guerre froide nous avons cru observer le progrès irrésistible d’une pacification bientôt universelle. Sous ce camouflage s’avançaient d’autres formes de conflit, qui ont la particularité de rendre caduque la distinction politique primordiale entre l’intérieur et l’extérieur tout en obscurcissant celle entre la guerre et la paix.
Comment l’otan pense la guerre aujourd’huiFrédéric Gout et Olivier Kempf
Créée en 1949 pour protéger l’Europe occidentale de toute agression soviétique, l’Alliance atlantique aurait dû disparaître avec la chute du Mur. Or elle s’est maintenue et même élargie, assurant défense collective du territoire européen et sécurité coopérative. Mais qu’en est-il de la gestion de crises ?
Moldavie-Transnistrie, le conflit geléCatherine Durandin
La République de Moldavie se porte mal. Crise politique, économique, identitaire : faute de dynamique présente, les mémoires plurielles de passés russe, puis roumain, puis soviétique pèsent lourdement. Sans oublier, à l’est du Dniest, une entité auto proclamée indépendante : la Transnistrie. Ces derniers mois, le pays a été le théâtre de manifestations en cascade.
Quelle Europe ? L’enjeu constitutionnelArmel Huet
Les enjeux de l’Union européenne nous sont rappelés au quotidien et nous emportent dans des opinions les plus diverses. Nous restons cependant confiants en ses moyens de préserver la paix sur ses territoires. Mais la construction de cette Europe unie, considérée comme indissociable de sa lutte pour la paix, a-t-elle jeté des bases pérennes ? La question est d’actualité et elle est cruciale.

Cette entrée a été publiée dans La revue. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.