Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°19 | Le sport et la guerre

Jean-Pierre Rioux
La France coloniale sans fard ni déni
André Versaille, 2011
Jean-Pierre Rioux, La France coloniale sans fard ni déni, André Versaille

L’indifférence de l’opinion publique française durant la colonisation et la décolonisation tempérée par les seuls souvenirs des espaces roses des cartes de géographie mondiale et de quelques héros d’épopée qui témoignaient de « l’Empire », a empêché l’éclosion lucide de sa véritable histoire. Cette faille n’est pas sans conséquence pour notre société contemporaine. Car à force de refuser d’affronter des questions douloureuses, le champ est libre pour ceux qui profitent de ce refoulement pour mener des combats idéologiques plus opportunistes que conformes à la vérité.

Le réquisitoire de l’auteur face à cette zone grise de notre histoire est accablant. D’une incantation naïve des valeurs civilisatrices de notre pays à la torture érigée en système, cette histoire doit être soumise au tribunal de l’Histoire. Non pas en termes de culpabilité et de recouvrements de cendres, mais en termes de compréhension de notre monde. Comprendre que nous n’en finissons pas de traîner les haillons d’une république qui a transigé sur des valeurs sans voir qu’elle trahissait sans cesse ses paroles par ses actes. L’armée, davantage chargée du maintien de l’ordre que de la défense d’intérêts supérieurs, y a perdu, malgré exploits et faits d’armes, beaucoup de ses références glorieuses. Cette désertion d’une finalité supérieure a eu pour effet bénéfique un ressaisissement douloureux chez les officiers à la fin de la guerre d’Algérie.

Plus qu’une histoire sévère de la France coloniale, c’est celle de l’Algérie qui touche au cœur l’auteur. Il faudra bien que cette histoire passionnelle redevienne le procès de nos lâchetés, de nos compromissions, mais aussi de nos silences. C’est cela qui est à l’œuvre dans ce projet de maison de l’histoire de France : la découverte de la complexité d’un passé qui éclaire le présent, plutôt que la recherche d’une utopique identité française dont cette histoire passionnante de la France coloniale donne une image qui devrait nous interpeller.


Rémy Porte | Chronologie commentée de la P...