Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°21 | La réforme perpétuelle

Giselle Sanchez
Mon fils s’en va-t-en guerre
La vérité d’une mère de soldat sur l’Afghanistan
Paris, Max Millo, 2012
Giselle Sanchez, Mon fils s’en va-t-en guerre, Max Millo

Ce livre m’a d’abord agacé. Non pas qu’il fasse preuve d’antimilitarisme au premier degré ou qu’il soit encore de ces livres-témoignages fadasses et souvent mal écrit. Il m’a agacé par sa sincérité. Giselle Sanchez est en effet sincère. Tout au long du récit, elle nous livre ses angoisses de mère qui confinent parfois à l’absurde et au déraisonnable (elle envisage d’aller voir son fils sur le terrain…). Elle est également sincère et touchante lorsqu’elle s’inquiète pour son fils en Afghanistan. Les idées reçues et les stéréotypes sont régulièrement énoncés au premier degré sans interrogation ou prise de distance. Il ne s’agit certes pas d’un travail journalistique, mais ce qui est rapporté relève de ce que son fils lui dit, de rumeurs, d’échanges sur son blog, dont on pourrait avoir l’impression qu’il s’agit d’informations objectives.

Au-delà de l’agacement, cet ouvrage pose un certain nombre de questions aux membres de la communauté militaire et à tous ceux qui s’intéressent aux problèmes du lien entre la nation et son armée. La première erreur serait de prendre l’auteure pour une exception. Elle ne connaît strictement rien à l’armée et ne veut pas en savoir plus. Elle dit elle-même que sa famille ne compte pas de militaires et qu’elle n’a jamais eu de curiosité pour ce monde. Son angoisse est d’abord de voir son fils s’engager et elle n’imagine même pas ses raisons. Raisons d’ailleurs qu’on ignorera jusqu’au bout et dont la seule hypothèse, quelque peu égocentrique, est qu’il le fait pour provoquer sa mère…

Tout au long du livre, Giselle Sanchez découvre une situation qu’elle ignorait : l’engagement de la France, la réalité du terrain (par le petit bout de la lorgnette). Ça manque de distance et de réflexion. Elle écrit ce livre avec ses tripes. Néanmoins, elle tombe parfois juste quand elle pointe l’absurdité et les incohérences de l’institution.

Giselle Sanchez est courageuse et entreprenante. Elle a su fédérer des familles autour de son blog et même soutenir la mère d’un soldat mort. Si elle critique l’armée, et c’est surtout parce qu’elle lui a enlevé son fils, elle est aussi critique envers la société et les médias indifférents à l’engagement de l’armée française en Afghanistan. Elle est révoltée par l’indifférence de nos concitoyens à ces questions.

Ce livre illustre l’état de débellicisation de la société. Le soldat n’occupe plus une fonction dont la possibilité de mourir au combat est constitutive. L’homme de la rue est ignorant des questions de défense et seul l’événement, avec toutes les limites de ce dernier, lui rappelle que nous avons une armée.

Un ouvrage qui n’est pas indispensable, mais qui, néanmoins, constitue un témoignage indirect sur les relations entre l’armée et la population et, au-delà, la nation.


La Guerre | Général (2S) Guy Hubin
Julien Fargettas | Les Tirailleurs sénégalais