Le fil Inflexions

Les 19 et 20 juillet, Inflexions sera au salon du livre de Saint-Cyr Coëtquidan

20 juin : mise en place du comité scientifique pour la commémoration du 150e anniversaire de la guerre de 1870

N°33 | L'Europe contre la guerre

David Galula
Pacification en Algérie
Paris, Les Belles Lettres, 2016
David Galula, Pacification en Algérie, Les Belles Lettres

Disponible depuis longtemps sur Internet, mais uniquement en anglais, ce volume trop oublié du lieutenant-colonel Galula méritait d’être publié en français depuis que son auteur a connu une célébrité mondiale après avoir été sorti de l’oubli par le général Petraeus qui en a fait « le Clausewitz de la contre-insurrection ». À la fin de son introduction, Galula précise qu’il se « fie à [sa] mémoire, puisque [il n’a] tenu aucun journal de bord », élément à prendre en compte dans l’analyse de certains passages. L’ouvrage est divisé en quatre parties d’ampleur variable. La première pose le cadre en procédant par coups de zoom progressifs de l’insurrection algérienne en général à la Kabylie, puis Tigzirt, pour terminer par le sous-quartier dont le capitaine Galula a la responsabilité. La deuxième traite de la question de la population comme cœur et cible des combats – Galula présente ici à la fois sa théorie personnelle et sa mise en œuvre au quotidien. S’il s’efforce de « rapprocher la compagnie de la population », il ne s’interdit pas l’emploi de la force armée, au contraire. Aucune démagogie ici, mais du réalisme. La troisième partie complète la précédente et porte sur « la lutte pour le soutien de la population », ce qui nous place bien au cœur des problématiques de contre-insurrection, jusqu’au projet de créer un nouveau parti politique. Enfin, la dernière partie montre Galula commandant et commandant en second du 2e bataillon du 9e ric à l’ouest de Tizi Ouzou : à ce nouveau poste, il lui faut (presque) tout reprendre à zéro, tant au plan militaire que de l’action en direction des populations. On a là quelques belles pages sur le terrorisme dans le secteur et sur l’attitude des Européens, en particulier après le 13 mai, avec, en dépit des espoirs suscités, cette question récurrente de la fidélité réelle ou feinte des musulmans ralliés. En conclusion, Galula tire quelques enseignements de principe de son engagement dans la guerre d’Algérie, enseignements qui, à bien des égards, conservent leur pertinence sous d’autres cieux. Un livre pratique, fondé sur une expérience réelle et qui fourmille d’exemples concrets. À lire et à réfléchir.

PTE

La Guerre par ceux qui la fon... | Benoît Durieux (dir.)
Michel Bernard | Visages de Verdun