N° 44

La beauté

Éditorial

Jean Michelin

Dossier

Marion Marchal

La beauté est-elle universelle ?

Nous avons renoncé à la croyance en un critère objectif du beau ; nous sommes installés dans le relativisme esthétique. Comment en sommes-nous arrivés à ne plus pouvoir justifier nos appréciations par un critère unique ? Faut-il regretter cette nouvelle situation ?
André Thiéblemont

Esthétiques saint-cyriennes

Depuis plus de deux siècles, les tours et détours d’une pensée symbolique saint-cyrienne se jouant des interdits et des décisions rationnelles du commandement ne cessent de fabriquer de quoi créer la mobilisation et la cohésion des promotions de saint-cyriens. Jusqu’à produire du merveilleux.
Marc Vigié

Une esthétique de la puissance : vaisseaux et galères du roi

Durant le règne de Louis XIV, les vaisseaux et les galères participent autant sinon davantage à la fabrication de l’image du roi qu’à la réalisation de ses ambitions guerrières. La construction navale se caractérise alors par une exceptionnelle intrication de l’art, du pouvoir et de la puissance militaire.
Olivier Renaudeau

La beauté en armure

Coûteux équipement de l’élite des combattants nobles, l’armure complète est avant tout une protection fonctionnelle. Elle évolue cependant au gré des modes et se couvre d’ornements. Une aspiration à la beauté qui a entraîné la création d’armures exclusivement dédiées à l’apparat, transformant le guerrier en une figure héroïque.
Ariane James-Sarazin

La galerie des batailles ou la fin de la « belle guerre »

Voulue par Louis-Philippe qui la dédia en 1837 « à toutes les gloires de la France », la galerie des Batailles à Versailles continue d’obéir, en plein mouvement romantique, aux canons plastiques et didactiques du beau tel que le théorisa en France au XVIIe siècle l’Académie royale de peinture et de sculpture.
Jean Assier-Andrieu

L’élégance à la caserne

Le lieu où vivent les soldats joue un rôle fondamental dans leur art de vivre. Ornements, embellissements, noms gravés sur les monuments et les murs agissent sur le moral des troupes et transmettent une mémoire. La beauté d’une caserne constitue une part de la contrepartie symbolique à l’engagement militaire.
Sandra Chenu-Godefroy

« La beauté est partout, il suffit de regarder »

Qu’est-ce qu’une belle photo ? Existe-t-il une esthétique particulière des sujets guerriers ? Telles sont les questions auxquelles répond ici Sandra Chenu-Godefroy, photographe d’action spécialisée dans les domaines des forces armées et de sécurité, auteure d’un ouvrage remarqué sur l’opération Sentinelle.
Arnaud Briganti

Même en opération !

« Il faut connaître la pourriture, car seul qui connaît la nuit peut apprécier la lumière » écrivait Ernst Jünger. L’opération Sangaris, menée en Centrafrique par l’armée française, illustre le contraste entre la noirceur de la violence et les signes encore perceptibles de la beauté fragile du monde.
Stéphane Faudais

De la « belle bataille » à l’art de la guerre

Le langage commun utilise le terme de « belle bataille » pour caractériser des affrontements dans le domaine politique, social… Or cette terminologie est peu utilisée par les militaires, qui ont conscience de l’oxymore de l’expression.
Patrick Clervoy

Pierre Teilhard de Chardin et La nostalgie du front

Dans La Nostalgie du front, Pierre Teilhard de Chardin a décrit l’expérience spirituelle qui fut la sienne alors qu’il était brancardier durant la Grande Guerre. Une expérience du « beau » qui fut une inspiration puissante pour son œuvre ultérieure.
Luc Fraisse

Quand proust révèle la beauté de la stratégie militaire

Marcel Proust, s’il n’a pas combattu durant la Grande Guerre, a réuni par une abondante lecture de la presse une documentation très précise sur les opérations, se passionnant pour la stratégie. Et Saint-Loup de développer une théorie sur la beauté des opérations stratégiques dans Le Côté de Guermantes.
Jean-Yves Jouannais

Encyclopédie des guerres : la « beauté »

Depuis 2008, Jean-Yves Jouannais, romancier et critique d’art, collecte des citations ainsi que tous types d’images ayant trait à la guerre, et constitue avec ce matériau une Encyclopédie des guerres en expansion constante, qu’il lit et commente en public chaque mois. Il livre ici l’entrée consacrée à la beauté.
Gilles Malvaux

RĂ©flexion sur le style

Comment rendre belle une victoire ? Comment en exprimer la grandeur et la gloire ? Le style classique, au sens de celui de Corneille ou de Racine, a des qualités propres que l’on retrouve en particulier dans les comptes rendus de bataille, du Grand Siècle à Churchill. Celui de notre époque est, lui, davantage marqué du sceau de l’efficacité au détriment du souci du beau.
Pierre-François Mitton

Une esthétique de la guerre est-elle encore possible ?

La sensibilité contemporaine empêche toute possibilité d’esthétique du phénomène guerre. Pourtant, le grandiose des champs de bataille possède sa beauté propre, relevée tant par le praticien militaire que par l’artiste et l’écrivain. Mais en magnifiant la guerre, le risque semble grand de justifier ses horreurs et ses excès. Comment dépasser cette impasse ?
Giovanni Lista

Filippo Tommaso Marinetti ou la guerre comme œuvre d’art totale

Filippo Tommaso Marinetti, fondateur du futurisme, loue dans ses manifestes la beauté de la guerre, l’esthétique des combats et des bombardements. Il considère la guerre comme le plus beau spectacle plurisensoriel dont puisse jouir l’esprit humain. Il la célèbre dans ses « mots en liberté » et pousse les peintres de son mouvement à introduire ce thème dans leurs œuvres.
Johann Chapoutot

De l’instrumentalisation de l’art par les nazis

Il est désormais acquis que le concours et le soutien de la population allemande au national-socialisme ont été obtenus par la séduction et par la conviction. Pour ce qui est de la séduction, les nazis ont déployé un gigantesque appareil de production esthétique. Pour eux, l’art est un acteur politique majeur.
Antoine Champeaux | Éric Deroo

Enlaidir l’ennemi.

Il existe chez l’homme une réticence à tuer. Or celle-ci peut être diminuée voire abolie si l’adversaire n’est plus perçu comme autrui, mais comme un autre. Et les pires actes peuvent être commis si cet autre se voit ravalé au rang de bête ou d’objet.
Ghaleb Bencheikh

« Dieu est beau, il aime la beauté »

Cet aphorisme du Prophète a toujours été au centre des préoccupations métaphysiques des penseurs, philosophes et théologiens musulmans à travers l’histoire. Le délabrement moral que donnent à voir le rigorisme salafiste et le fanatisme islamiste est une inversion tragique du cours de cette civilisation et des cultures qui la sous-tendent.
Étienne Ghys

En mathématique

Les mathématiciens sont souvent considérés comme des calculateurs froids et sans émotions. Pourtant, lorsqu’ils sont ensemble, ils parlent généralement de leur travail en termes esthétiques. On les entend parler de la beauté d’un théorème ou de l’élégance d’une preuve. Qu’est-ce donc que la beauté mathématique ?
Jacques Tournier

La beauté discrète de l’armée française

Le fait que l’armée française soit, plus que jamais, imprégnée par une éthique fondée sur un souci scrupuleux de la vie humaine et de la dignité de l’homme lui confère une sorte de supplément d’âme qui, transparaissant derrière sa puissance, lui donne de rayonner d’une ineffable beauté intérieure.

Pour nourrir le débat

Nathalie de Kaniv

Musique derrière le rideau de fer

Si l’underground musical se défend tout d’abord de tout engagement politique, les répressions le rapprochent toutefois rapidement des cercles de la dissidence. Il joue incontestablement un rôle libérateur au sein des mouvements protestataires des années 1960, jusqu’à accompagner largement le mouvement de libération de 1989.
Geoffroy Clain

Choc des armes et littérature

La perception commune de la bataille oscille entre une posture glorificatrice du champ de Mars, auréolée de mythes, et une position de rejet. Comment et dans quelles proportions ces deux visions ont-elles été reproduites dans la littérature ?

Comptes rendus de lecture